Blagues : Confession d'une empoyée dans un s3x shop

Confession d'une empoyée dans un s3x shop

Confession d'une empoyée dans un s3x shop

Publié le par Veux-tu Rire? dans Blagues
Partager sur Facebook
130 130 Partages

J'suis gérante dans un Sex Shop et j'dois dire que c'est pas toujours évident.

Sérieusement ce n'est pas les demandes des clients, j'veux dire j'suis ben à l'aise avec le sujet, si vous voyez c'que j'veux dire...

Mais travailler dans ce genre de magasin demande des qualités particulières surtout lorsque vient le temps de trouver des bons employés.

Une fois il y avait une femme qui voulait venir travailler pour moi. Son nom était Catherine.

En lisant son CV, j'étais ULTRA  impressionnée, mais elle n'avait aucune expérience dans ce domaine.

Je n'avais pas beaucoup de temps pour lui donner une formation, car je suis gérante de huit succursales.

Elle a donc dû se familiariser avec les produits. Au début elle semblait intéressée et  apprenait vraiment vite.

Je l'ai mise responsable de cette succursale et là elle m'a crissement déçue.

Le chiffre d'affaires avait vraiment baissé et je ne comprenais pas avant de remarquer que Catherine ne semblait pu avoir la même motivation qu'avant.

Je ne comprenais pas pourquoi, mais je n'ai pas le temps de m'occuper de tout le monde et de m'asseoir avec eux afin de savoir ce qui cloche, ce qui compte c'est les chiffres et les profits. Une business c'est une business et c'est tout ce qui compte réellement.

J'me disais si ça ne fait pas avec elle, j'aurais juste à la crisser à la porte, mais le problème est, comme je vous le disais plus tôt, trouver des bons employés réellement intéressés par ce domaine est plutôt rare. Alors, disons que je l'ai enduré, mais je regardais quand même les possibilités pour la remplacer.

 Catherine rentrait toujours au travail ULTRA fatigué et là j'me disais que c'est juste une grosse paresseuse qui se contente dans la vie.

Il y a des gens comme ça, ceux qui réussissent et les autres, les paresseux, les pas bons, les petits employés.

Un jour j'ai décidé de prendre les grands moyens et j'ai confronté Linda.

Moi: '' Catherine, sérieusement, je ne suis pas satisfaite de ton rendement, il va falloir corrigé ça sinon je n'aurais plus de place pour toi''

Catherine: '' Désolé patronne, je fais mon possible''

Sa réponse ne me satisfaisait pas bien sûr, mais je devais faire avec pour le moment.

Étrangement, quelques mois plus tard  Catherine s'est mise à livrer la marchandise sans aucune raison apparente , puis les mois passèrent et Catherine était devenue la deuxième  meilleure vendeuse de toutes les succursales. 

Je ne comprenais plus rien, j'avais dû manquer un bout, mais j'étais très contente de voir les profits rentrer dans la caisse.

J'étais vraiment contente, Catherine rentrait en forme et semblait avoir retrouvé sa motivation.

Un jour elle est venue me voir pour me demander une promotion. Elle voulait devenir gérante de la succursale.

Étant donné ses performances antérieures, je n'étais pas certaine qu'elle pourrait relever ce défi.

Je lui ai donc proposé un marché impossible à réaliser, mais je voulais tout de même lui donner une lueur d'espoir.

Je lui ai proposé d'aller travailler 2 jours dans un magasin qui battait de l'aile avec des objectifs de ventes vraiment très élevées.

Bien qu'elle n'avait pas le choix d'accepter mon marché afin d'avoir sa promotion, je croyais qu'elle refuserait. Mais elle m'a vraiment surprise quand elle m'a répondu sans aucune hésitation qu'elle réussirait à atteindre ces objectifs.

Je lui ai souhaité bonne chance et je suis revenue la voir 2 jours plus tard.

Catherine m'avait réellement impressionné, j'étais bouche bée!

Non seulement elle avait réussi à atteindre mes objectifs, elle les avait doublés!

Je lui ai donné sa promotion en la félicitant.

1 journée plus tard, elle m'a envoyé ce courriel:

Bonjour, madame Dupuis, premièrement je tiens à vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour moi.

Je sais que je n'ai pas toujours été à la hauteur de vos attentes, mais je vivais une passe très difficile dans ma vie.

Je ne voulais pas apporter avec moi mes drames personnels au travail, mais j'ai vécu une rupture après 13 ans de vie commune avec mon conjoint, l’année d'après à pareille date, j'ai perdu mon père. J'étais en dépression grave et mon médecin m'avait offert de me mettre en arrêt de travail.

J'ai pensé au suicide, mais ce travail me tenait en vie et me permettait de penser à autre chose pendant quelques heures de ma journée.

Je sais que vous ne l'aviez pas remarqué, car derrière le sourire que j'affichais se cachait une grande détresse.

Puis, j'ai commencé à me sentir un peu mieux, comme on dit, le temps arrange les choses.

Je suis très contente d'avoir dépassé vos objectifs et d'avoir eu ma promotion, mais cela veut dire beaucoup plus que ça pour moi.

Ce n'est pas une simple promotion, c'est une victoire.

C'est une victoire pour tous ceux qui me jugeaient sans savoir ce que je vivais réellement. Ceci est aussi pour tous ceux qui m'ont toujours dit que j'étais une bonne à rien dans ma vie. Cette victoire est aussi pour ceux-là qui m’ont dit que je me contentais de peu.

Aujourd'hui je peux enfin leur montrer que tous ces jugements étaient erronés et que je suis capable de réussir.

Dernièrement j'ai regagné confiance en moi.

Vous m'avez mise au défi de réaliser ce qui vous semblait impossible et pourtant j'y suis arrivée

Pour tout ça je vous remercie infiniment et sachez que ceci n'est qu’un début de ma nouvelle vie. Alors vous comprenez pourquoi cette promotion est bien plus qu'une simple promotion, mais une grande victoire pour moi!

Merci mille fois,

Catherine

En lisant ce courriel, j'étais profondément ému et j'avais honte en même temps.


J'avais honte, car même si cette entreprise exige beaucoup de mon temps, je n'avais pas su voir son désespoir dans ses yeux.


J'étais là toujours pressée à faire rouler l'entreprise et j'avais négligé l'aspect humain de mes employés. Je croyais que tous étaient remplaçables et qu'ils devaient tout simplement faire rouler l'entreprise. Mais ce jour-là j'ai compris que derrière chaque employé existe un humain et que même s'il ne veut pas amener ses problèmes avec lui au travail, il peut être affecté et ainsi nuire à ses performances au travail. 


Trop souvent, nous oublions cela et nous jugeons les gens. J'avais honte d'avoir pensé qu'il y avait ceux qui réussissent et que les autres n'étaient que des gens qui se contentaient de peu.


Catherine m'avait ouvert les yeux avec sa lettre et grâce à elle je suis devenue une meilleure personne et une meilleure directrice.
Et depuis que je prends le temps de discuter avec mes employés le chiffre d'affaire à littéralement explosé.


Mais aujourd'hui, il n'y a pas que les chiffres qui compte, car j'ai réalisé que si mes employés étaient heureux, ils préformeraient mieux et ils sont les gens qui sont en contact direct avec les clients alors s'ils sont bien et s'ils sont vraiment heureux cela se reflète sur les ventes.


Je leur ai appris bien des choses, mais en m'intéressant à eux, ils m'ont aussi appris énormément et pour cela je leur serais éternellement reconnaissante.


Nous jugeons toujours trop les gens trop souvent. 


Merci Catherine, te serai éternellement reconnaissante!

Partager sur Facebook
130 130 Partages

Source: Charles St-Pierre · Crédit Photo: Fotolia